Mettre sa musique sur les plateformes numériques

Mettre sa musique sur les plateformes numériques

Suite à l’annonce de la fermeture cet été du plus important distributeur indépendant de musique au Canada, tel que présenté sur Facebook, Distribution Select, qui appartient à Quebecor, on peut comprendre qu’il est de plus en plus difficile pour un artiste de choisir un acteur local pour mettre sa musique sur les plateformes de streaming. Alors quand on est artiste et que l’on souhaite rendre disponible sa musique sur les plateformes tels que Qub ou Spotify, on peut se demander où aller… Il y a l’agrégateur qui va accepter tous les artistes en se contentant de rendre leur musique disponible sur les plateformes alors que le distributeur numérique va faire une sélection dans le but d’accompagner les artistes pour faire un peu le travail d’un label… Bien évidement ça ne remplace pas tout le travail qu’un label apporte, mais je trouve que c’est tout de même bien lié!

On pense d’abord bien sûr aux grands joueurs de ce monde tels que Tunecore aux États-Unis ou iMusician en Europe, pas mal à la mode depuis quelques temps (voir notre dossier spécial sur Candide au pays des distributeurs digitaux) puis il y en a d’autres de moins grande envergure mais plus proche des artistes, à mon sens!
(oh làlà, ça me ramène à mes souvenirs en 2005, lorsque j’ai tâté ce terrain).

Dans cet article, je souhaite vous présenter deux petites entités : Orfeo’lab en France, découverte par hasard sur un forum et Amplitude Distribution au Québec, découverte grâce à l’une des fondatrices que je connais! Je leur ai posé quelques questions et je vous présente donc le tout sous forme d’entrevue!

Orfeo’Lab en France

Amplitude

Amplitude Distribution au Québec

Caro alias Sincever : Pourquoi t’es-tu lancé dans cette aventure de référencement d’artistes sur les plateformes numériques?

Xavier Boscher : Je me suis lancé dans l’aventure par passion

Donc, si je comprends bien, tu es artiste, passionné des plateformes numériques mais tu es aussi développeur web?

Oui voilà artiste, effectivement passionné, j’ai créé la plateforme avec les facilités que j’aurais aimé avoir en tant qu’artiste lorsqu’ai j’ai lancé mon premier album en digital au milieu des années 2000. Je suis aussi développeur Web mais je me fais aider 😉

Tableau de bord Orfeo’Lab

Pourquoi un artiste devrait choisir de passer par toi plutôt qu’une grosse structure comme iMusician par ex?

J’ai toujours trouvé ça frustrant surtout lorsqu’on est assez productif de payer des droits d’entrée élevés pour chaque album afin de les commercialiser. J’ai voulu une plateforme plus éthique pour les artistes. Le tarif annuel est de 5€ par sortie, ce qui est très bas au regard des services proposées.

Par rapport à des plateformes comme iMusician, le droit d’entrée est le plus bas du marché, aucun autre frais a débourser, toutes les options sont incluses dans ce prix, nous sommes très actifs pour faire entrer les artistes dans des playlists car nous distribuons certes mais nous souhaitons surtout que nos artistes soient entendus et ne soient pas « des aiguilles dans des bottes de foin ».

Catalogue Orfeo’Lab

Es-tu un agrégateur ou offres-tu aussi des services qui te classeraient aussi comme distributeur numérique?

Nous nous situons à cheval entre le distributeur digital et le label digital.

Nous avons lancé donc, en ce début d’année, une distribution digitale premium ouvertes à tous les artistes et à tous les genres avec les services suivants :

  • Distribution globale de votre musique sur + de 100 plateformes
  • Touchez 1 milliard d’utilisateurs en Chine, Inde, Russie…
  • Gardez 90% de vos royalties
  • Gardez 100% de votre copyright
  • Promotion de playlists avec une équipe dédiée
  • Monétisation Youtube/Facebook/Instagram/Tik Tok
  • Paiement de vos royalties sur votre compte bancaire
  • Montant minimum de paiement pour les artistes (7€ ou 8$)
  • Service-Client et Support dédiés
  • Nombre d’artistes illimités par compte
  • Code-barres et codes ISRC gratuits
  • Pré-commandes gratuites sur iTunes
  • Envoi gratuit aux nouvelles plateformes
  • Opportunités de licences et de synchronisations
Statistiques par pays orfeo’Lab

Acceptes-tu les artistes québécois? Comment les artistes reçoivent-ils leur paiement? Tu payes à partir de quelle somme?

Nous acceptons les artistes de tous pays et tous styles musicaux, c’est une distribution totalement ouverte, il suffit juste de créer un compte et de commencer à charger sa musique.

Les artistes reçoivent leur paiements directement sur leur compte bancaire et nous payons à partir de 10$.

Statistiques des streams Orfeo’Lab

Aussi, que penses-tu de l’annonce de la plateforme allemande Soundcloud qui souhaite changer la rémunération directe aux artistes selon leur temps d’écoute réel?

Pour Soundcloud, je pense que c’est une manière pour eux de devenir autonome mais cela a un prix qui lui est mensuel (donc plus de 80$ à l’année), les revenus seront peut-être supérieurs à celui des autres plateformes mais cela reste cher pour un artiste et je pense que la plupart des utilisateurs de Soundcloud sont des musiciens, difficile de se faire une place contrairement à des plateformes comme Spotify ou Deezer qui ont un nombre d’utilisateurs actifs élevés.

Quelque chose à ajouter?

Voici un code promo qui permettra de lancer une sortie gratuitement la première année et de tester le service. Il suffit d’entrer le code ZIKNBLOG à ajouter au moment de la dernière étape de validation de l’album, EP ou single.

Et voici un lien vers la playlist Spotify des sorties du mois de Février, bonne écoute!

Playlist Spotify Orfeo’Lab de Février

Caro alias Sincever : Je pense bien te connaître mais les années passent et tu n’arrêtes pas de me surprendre. Je connais tes talents et je me souviens encore te dire il y a quelques années de ça : mais pourquoi tu ne lances pas ta propre compagnie de distribution?

Jacynthe Plamondon-Émond : En fait, plusieurs personnes m’ont fait des propositions, soit de lancer une compagnie de distribution moi-même, soit de s’associer avec moi pour en démarrer une en association ou m’engager pour diriger une entreprise de distribution. Je ne le faisais pas parce qu’avec plusieurs moments de réflexion, j’ai réalisé que la distribution n’était pas ce qui m’intéressait le plus.  Oui, mon expertise y est grande mais ce n’est pas ce que j’aime le plus faire.  J’aime mieux accompagner les artistes dans leur démarche artistique et les aider à atteindre leurs objectifs de carrière.  La distribution est technique et passionnant, mais c’est un moyen seulement pour arriver aux oreilles des gens. 

Peux-tu présenter l’équipe qui fait partie d’Amplitude? Que faites-vous à côté de ce projet et qui fait quoi dans le projet?

Dorothée Parent-Roy a travaillé plusieurs années en distribution numérique.  Elle a lancé son entreprise La Swell qui vise à faire de la promotion sur les plateformes et les listes de lectures.  En discutant ensemble nous avons fait le constat qu’il n’y avait pas assez d’options de distribution ici pour les artistes indépendants ou les petites compagnies puisque plusieurs options étaient des entreprises étrangères. En discutant, il nous apparaissait qu’il fallait que ce soit un service qui reste aux artistes et aux indépendants canadiens. Nous avons donc décidé de démarrer un distributeur à but non lucratif dont l’objectif est de remettre le maximum d’argent aux indépendants.

Mark Lazare s’est par la suite joint à nous.  Il est un producteur qui est à la fois lié à la scène francophone, anglophone et à la musique pour enfants. Son expertise des marchés et son implication pour la musique indépendante fait en en sorte qu’il est aussi un atout à la fondation de l’organisme.

Vous semblez bien vous compléter mais attends… Dorothée… Elle n’est pas en train de faire concurrence à la compagnie pour qui elle travaille?

Non, Amplitude vise à faire de l’agrégation, donc de la distribution sans promotion.  Nous sommes un service technique. Dorothée offre des services de promotion comme plusieurs autres entreprises ou individus. 

Vous avez choisi la structure d’OBNL. Pourquoi?

Nous avons choisi la structure d’OBNL pour que la structure appartiennent au milieu et que son objectif ne soit pas de générer des profit mais une réductions des coûts techniques au bénéfices de tous.

Si je pense OSBL, je verrais plutôt un tarif membre annuel mais vous semblez avoir choisi autre chose… Si on regarde ce qu’il se fait ailleurs, les tarifs de distribution d’Amplitude disponibles sur votre site semblent plus chers pour un référencement sur moins de plateformes? Est-ce que je me trompe?

Au contraire, nos prix annuels sont moins chers que TuneCore et CD Baby. Nous offrons une liste de plateformes plus grande que plusieurs distributeurs.  Il faut aussi faire attention aux comparables car en regardant la majorité des services de distribution, nous nous sommes rendus compte qu’ils ont des frais cachés, que ce soit pour envoyer une chanson à Shazam ou monétiser une vidéo sur YouTube. 

Notre objectif est de faire en sorte que les prix actuels soient pour cette année et pour débuter la plateforme.  Nous croyons qu’au fil des années, nous allons avoir plus de catalogue et plus de clients.  À partir de ce moment, les prix vont certainement baisser.  Nous croyons qu’à court terme nous allons réduire voir abolir les frais annuels.

Je ne vois pas par contre à partir de quel montant vous payez les artistes et de quelle façon?

Pour l’instant, nous allons payer de manière mensuelle comme tous les distributeurs et nous allons payer à partir de 100$ puisque nous voulons réduire nos frais d’administration au maximum puisque nous sommes une petite structure.  Toutefois lorsqu’une artiste désire quitter il retrouvera l’ensemble de l’argent qu’il a fait même s’il a un montant plus bas.

Te considères-tu comme un agrégateur ou un service de distribution numérique?

En fait, la notion qu’un distributeur accompagne les artistes pour faire un travail de label est fausse.  Même les meilleurs distributeurs ne remplacent pas le travail d’accompagnement qu’un label ou un manager fait. Les distributeurs ne prennent qu’un pourcentage mais leur objectif est de faire du profit. Il va donc mettre plus d’emphase sur les clients qui ont, selon lui, le plus de potentiel au moins de coûts.  C’est ce qui fait que trop souvent le pourcentage des distributeurs ne représente pas vraiment le travail qu’ils font et le soutien qu’ils donnent aux artistes indépendants.  De plus, les distributeurs sont des multinationales ou de très grosses entreprises qui ne veulent que du volume mais offrent le moins de services possibles.

Nous croyons que les artistes ou les petits labels connaissent souvent mieux leur public et maîtrise de mieux en mieux leurs outils de promotion et nous aimons mieux jouer le rôle d’agrégateur à moins cher afin que l’artiste ait les moyens de faire sa promotion plutôt que de faire du profit en laissant miroiter de la promotion qui n’est pas effectuée.

Si des artistes français souhaitent passer par vous, les acceptez-vous?

Nous venons de lancer Amplitude il y a quelques semaines à peine, nous visons d’abord les artistes canadiens mais nous sommes ouvert à offrir le services aux artistes indépendants peu importe où ils vivent.

Que penses-tu de l’annonce de Soundcloud qui va changer la rémunération directe aux artistes selon le temps d’écoute réel de leur musique?

Le titre de cet article qui est cité est faux.  Quand on regarde l’annonce de Soundcloud, on parle de payer de manière “user centric” comme ce que Deezer a annoncé il y a un an environ.  Pour l’instant, les études sur les modèles habituels de rémunération et “user centric” ne montrent pas une énorme différence sur les paiements dans la répartition. Le potentiel réside surtout dans la croissance de la consommation en streaming payant.  Plus il y aura d’abonnements payants plus la tarte monétaire à partager sera grande, plus les revenus vont augmenter.Il faut tout de même que les artistes et professionnels de l’industrie planifient leur sortie en fonction d’un développement de carrière à long terme, pas à court terme comme dans le monde du CD.  La clé est dans ce type de vision et de stratégie pour tirer le meilleur des plateformes.

Quelque chose à ajouter?

Un gros merci aux artistes et petits indépendants qui nous ont contactés dès notre annonce de lancement.  Cette réponse positive nous montre que nous avons eu raison de lancer ce services et j’espère qu’il pourra durer longtemps pour assurer la pérennité de la musique indépendante.

Sincever

Fondatrice de Zik'n'Blog.com et de musiQCnumeriQC.ca à la fois discrète, passionnée et rassembleuse, cette baladeuse numérique adore découvrir de nouvelles musiques et applications musicales. Par contre elle manque cruellement de temps et attend que la musique et les applis lui soient présentées, alors n'hésite pas à lui envoyer un petit message! Plus d'info sur elle via son twitter.com/sincever et son blogue perso : Sincever.com

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :