Drê-D et ses musiciens après le Challenge Live 2005

Comme Sincever a suivi de prêt le Challenge Live Molson Dry CKOI 2005, on y a découvert de nombreux artistes québécois talentueux de la scène émergente dont Drê-D et ses musiciens. Drê-D nous fait le plaisir de répondre à nos questions quelques temps après les résultats du concours.

Drê-D et ses musiciens existe depuis combien de temps ?
Le groupe en tant que tel, existe depuis la mi-janvier 2005, sinon moi, Drê-D, je faisais partie d’un groupe qui s’appelait Daconnection. On était accompagné de Mellow Mood qui était notre backing band. Celui-ci est connu pour avoir souvent accompagné un autre groupe reggae local du nom de Kulcha connection. Le style de musique qu’on faisait était du reggae.
C’est vraiment à partir de l’automne passé que j’ai décidé de mettre sur pied mon projet personnel. Certes, Daconnection existe toujours, mais je pense qu’il fallait faire une petite pause.

Comment s’est faite cette rencontre avec tous ses musiciens ?
Je connaissais la plupart des musiciens avant même que le groupe se soit formé. Chacun avait leur petit projet. D’ailleurs le batteur (Sol) de Mellow Mood Band fait partie du groupe. Le guitariste (Ricardo) je l’ai rencontré au printemps 2002 par le biais d’un autre ami. Il venait d’arrivé de Winnipeg et à l’époque j’avais besoin d’un guitariste pour un concours que je participais, Hip Hop 4ever. Nous avions remporté ce concours dans la catégorie r&b francophone, ce qui nous a permis de participé au Festival d’Aubagnes en France. Dès lors il m’accompagnait la plupart du temps lorsque je faisais des spectacles en solo.
La choriste (Cate) je l’ai connu grâce à un projet, une compilation, que Mellow Mood Band doit sortir très bientôt. Le claviériste (Tiana) je l’ai rencontré l’été dernier lorsque que je devais présenter un petit spectacle à la Butte de Saint-Jacques. Le percussionniste (Alexis) et le trompettiste (Jacques) sont des musiciens qui ont souvent joué avec Sol (le batteur) et finalement le bassiste (Arison) est un ami du claviériste.

« Oscillant entre la soul, R&B, hip-hop et reggae », si vous deviez choisir un seul genre musical pour définir votre musique, lequel choisiriez-vous ?
Mon style de musique sera définitivement plus influencé par la soul musique mais je pense que cette soul musique sera faite à ma sauce. C’est à dire on retrouvera d’autres variantes urbaines comme le hip hop, le r&b et le reggae.

Mon titre préféré est « Parasites » et vous ?
Lol… Beaucoup de gens adorent ce titre ou du moins c’est la chanson que les gens me réfèrent le plus. Honnêtement je n’ai pas une chanson que je préfère personnellement mais ce titre je l’apprécie particulièrement.

Parfois, la musique prend une toute autre ampleur sur scène et du coup les démos ne sont pas forcement très représentatives de ce que fait un artiste. Que pensez-vous de cela ?C’est très vrai, surtout lorsque nous ne sommes pas satisfaits de notre démo lol…Je pense que sur scène la musique vie réellement dans le sens que nous pouvons mieux capter, percevoir les couleurs des sons, les émotions, l’énergie, la vibration. Sur scène il n’y a pas de règle on décide de la longueur que l’on veut donner à une musique tout dépend de l’interaction que l’on peut avoir avec le public, tandis que sur un démo il faut composer avec le côté technique du produit, l’espace restreint du studio par exemple.

Pensez-vous que le format de fichier mp3 soit une mauvaise chose pour la relève ou au contraire, c’est un bon moyen de promotion pour se faire connaître et entendre ?
Je pense que c’est très utile comme moyen de promotion, ça peut être sur son propre site Internet ou autre afin que les gens puissent avoir une idée du groupe. La problématique vient lorsque l’album sort et que les gens préfèrent télécharger les sons plutôt que d’acheter l’album.

Arrivez-vous à vous produire sur scène a Montréal malgré les difficultés ? Si oui, dans quel type de salle ?
J’arrive à me produire à Montréal. Quoique nous soyons un nouveau groupe, je dirais que ça ira même en s’accentuant. Ces jours ci je me produis plus souvent dans des petites salles lors d’événements hip hop, soul ou r&b. Dans le passé lorsque je me produisais avec Daconnection, nous avions déjà donné des spectacles au Medley, Métropolis, Club Soda, Café Campus, Studio Juste pour Rire…

Connaissez-vous la SOPREF à Montréal ?
J’ai déjà entendu parler mais il faudrait que je me renseigne d’avantage afin d’éclaircir mes esprits lol…

Quand et comment avez vous découvert le Challenge Live Molson Dry CKOI ?
Comme par hasard en feuilletant le journal 24hr du métro. C’était l’automne dernier le groupe n’était pas encore formé.

Un petit débat sur un certain manque de transparence du concours a été lancé sur le forum du site Internet du Challenge Live Molson Dry CKOI. Qu’en pensez-vous ?
Je pense que c’était légitime. Même que ça a permit à pas mal de gens de s’exprimer.

Le fait que certains artistes inscrits au concours passent déjà à la radio CKOI, est-ce désavantageux pour ceux qui n’y passent pas ?
Je vais te dire qu’honnêtement je n’écoute pas assez CKOI pour mesurer l’impact et je ne connais pas le nom des groupes qui passent à CKOI à part de Vert Vénus qu’on a fait mention dans le forum. Par contre ce que je peux dire c’est que déjà ça donne plus de visibilité qu’un groupe qui ne passe pas à CKOI. Dans la mesure ou ça n’influence pas les juges ça ne devrait pas être plus désavantageux, mais personnellement je pense que ce serait plus judicieux d’attendre après le concours pour diffuser la pièce musicale, d’un groupe participant dans ce concours, dans une station de musique faisant partie de l’organisation.

D’après vous, suite a cette première expérience, quel est le point fort du Challenge Live Molson Dry CKOI et son point faible (par exemple, pour le festival emerganza, le système de vote a main levée est très mal apprecié) ?
Cette première expérience fût très enrichissante pour nous et je suis très content que les gens ont été réceptifs face à notre style de musique qu’on ne connaît pas trop au Québec. C’est à dire au point de vue commercial et en français.
Le point fort du Challenge Live Molson c’est au point de vue de la visibilité car cette machine peut réunir beaucoup de gens influents dans l’industrie. Il y a la grosse radio commerciale, des gens importants dans l’organisation de gros festivals tels que le festival de jazz, les francofolies, Spectra qui est un des plus gros diffuseurs de spectacles, bref ça fait beaucoup de gros joueurs lol….
Le point faible, j’ai l’impression que ça reste un peu dans le cadre de ce que les gens sont habitués d’entendre dans les grosses radios commerciales. Certes il y a une ouverture car nous avions été sélectionnés mais je ne suis pas sûr qu’un artiste qui s’inscrirait voix et guitare seulement passerait.

Connaissez-vous d’autres concours du même genre, et si oui, y avez-vous déjà participé (classez les par préférence) ?
Oui nous comptons participé au Festival international de Granby.
Ceux qui me viennent à l’esprit du même genre :
– Festival international de Granby
– Les Francouvertes

Est-ce que Maharajah méritait de gagner ?
Oui définitivement. J’ai vu ce groupe pour la seule fois à la demi-finale et dès lors j’ai tout de suite conclue qu’ils avaient beaucoup de chances de le remporter.

Qu’est ce que ce groupe avait il de plus que les autres ?
Je dois préciser qu’à ce stade ci tous les groupes étaient de bons groupes chacun avait son style ce qui était bien. Mais je pense que Maharajah avait la confiance en eux et ça se voyait qu’il la voulait cette victoire, ce que beaucoup de groupe, je pense, y compris-nous, avions un peu perdus durant la demi-finale, peut-être à cause du stress et de la pression.

L’année dernière le concours a été remporté par Nouzote. D’après vous, les prix gagnés leur ont ils permis de bien lancer leur carrière ?
J’espère pour eux car ça serait dommage. Les prix offerts peuvent beaucoup aider, surtout financièrement.

Sont-ils vraiment connu à Montréal et au-delà ?
Je ne les ai pas encore vraiment entendus mais l’avenir nous dira.

Vous reinscrirez-vous l’année prochaine ?
On verra ça dépendra de mon cheminement artistique.

Quelles sont les questions que vous avez trouvé la plus et la moins interessante ?
Ce fût un plaisir pour moi en tant que représentant du groupe de répondre à toutes ces questions.

Merci ! Une petite conclusion avant de se quitter ?
Pour tous ceux et celles qui veulent faire de la musique, de l’art comme étant leur carrière leur raison de vivre, je pense qu’il faut avoir de la persévérance, de l’amour et de la détermination pour y parvenir.
Quoi qu’il en soit, moi, je nourris mes rêves.
Peace & one love.

Sincever

Fondatrice de Zik’n’Blog et de musiQCnumeriQC à la fois discrète, passionnée et rassembleuse, cette baladeuse numérique adore découvrir de nouvelles musiques et applications. Par contre elle manque cruellement de temps et attend que la musique viennent à elle, alors n’hésite pas à lui envoyer un petit message!

Plus d’info sur elle via son Twitter et son blogue perso :

http://www.sincever.com

Laisser un commentaire