MÉTAVERS : Les concerts du futur!

MÉTAVERS : Les concerts du futur!

Si vous avez la flemme de lire, rendez-vous en bas de l’article pour l’écouter à travers la vidéo… Car à la base, il s’agit du contenu de ma chaine YouTube du LaboNico.

Imagine : Assis sur ton canapé, tu mets ton casque de réalité virtuelle pour rejoindre le métavers (de l’anglais metaverse – meta universe – méta-univers), le nouvel internet virtuel créé par Facebook. D’un coup d’un seul, tu rentres dans un univers persistants en 3D ou tu rejoins les avatars de tes meilleurs amis qui sont pourtant physiquement à l’autre bout de la France. Vous vous dirigez tous vers la salle de concert. Devant la salle un avatar videur qui a pris la forme d’un monstre dégueulasse te demande ton billet que tu as acheté in real life la veille. Tu l’as payé en méta coin, la nouvelle crypto monnaie de Facebook et c’est un NFT du groupe de ce soir qui comprend un exemplaire de leur dernier album dédicacé numériquement, ainsi qu’un T-shirt à leur effigie pour relooker ton avatar ! Et avec tes potos vous assistez au concert tranquillement. À la fin, tu claques la bises à tes avatars de potos, t’appuies sur OFF et tu vas te chercher une bière dans le frigo.

Oui parce que pour l’instant les avatars, ils ne boivent pas de binouses. Mais t’inquiètes pas, ça ne va pas tarder !

Tu l’as surement entendu, Mark Zuckerberg, notre ami à tous, pousse bleu vers le haut, veut transformer ton expérience de réseaux social vieillissant Facebook en univers parallèle persistant le Métavers. Il a même renommé son groupe Meta. Le mec il est chaud.

Lors de sa présentation Mark Zuckerberg a décrit le métavers comme un Internet encore plus immersif et incarné où “vous pourrez faire presque tout ce que vous pouvez imaginer – vous réunir avec vos amis et votre famille, travailler, apprendre, jouer, acheter, créer, ainsi que des catégories entièrement nouvelles qui ne correspondent pas vraiment à notre vision des ordinateurs ou des téléphones aujourd’hui”. (Tu crois qu’il parle de sexe?)

Attend je résume le truc avec le seul mot important de sa définition : Acheter ! (voilà).

Donc on peut totalement imaginer que les concerts virtuels c’est pour demain! C’est même pour avant-hier d’une certaine façon. Oui parce que cela ne t’a pas échappé, on a vécu et on vit encore une pandémie.

Et cet évènement inédit et planétaire qui dure depuis 2 ans bouscule encore aujourd’hui nos habitudes. La distanciation sociale va surement rester comme l’expression la plus utilisée de ce début de décennie. Certain gros malins ont su déjà rebondir dessus en organisant les premiers gros concerts virtuels (en tout cas en terme de taille).

Déjà Epic Games et son désormais plus que célèbre jeu Fornite où il faut buter tout le monde et danser aussi! Fornite à tout cassé en avril 2020 (donc en plein premier confinement) avec 27.7 millions de joueurs uniques connectés pour regarder le concert 2.0 du rappeur Travis Scott.

Le DJ Marshmello et Ariana Grande s’y sont collés plus récemment.

J’ai trouvé aussi dans mes recherches un autre site qui se nomme wave.watch ou Justin Bieber a proposé un concert virtuel et gratuit mi-novembre 2021. Muni d’une combinaison avec des capteurs partout, le Justin a donc joué virtuellement sur cette plateforme devant des spectateurs virtuels.

D’autres artistes ce sont déjà produit sur la même plateforme : The weeknd, par exemple.

On est jusque-là sur des vrais groupes ou artistes qui se téléportent dans un environnement numérique en 3d. Mais il y a mieux. Le groupe de heavy métal Penta Kill, qui a aussi fait un concert virtuel sur wave.watch et qui est aussi virtuel! L’inception de la virtualité ! Groupe de méchants avatars tirés de l’univers du jeu vidéo League Of Legend et qui sont en fait des employés de la société Riot Games qui édite le jeu.

On commence à sentir le mélange qui est en train de faire monter la mayonnaise : des sociétés qui éditent des jeux vidéo dont le Game Play est basé sur un jeu en réseau. De l’autre côté des centaines de millions de joueurs et le troisième sommet du triangle des Bermudes des artistes ultra établis, en mal de tournée internationale (covid 19 oblige).

Alors si on met Facebook (ou Méta) d’un côté, les 2,8 milliard d’utilisateurs du réseau social N°1 de l’autre et je ne sais pas moi JuL au sommet du troisième coté, c’est plus le triangle des Bermudes là, c’est les portes de l’enfer!

Le terme « metaverse » a été inventé à l’origine dans le roman cyberpunk de Neal Stephenson, Snow Crash, en 1992. Ce n’est donc pas une idée nouvelle cette histoire de réalité virtuelle. La même année le fabuleux film le Cobaye sort et il n’y a que moi qui aie vu ce film!

Des expériences de type univers parallèle sur internet ont déjà été tentés. Je pense en particulier à second life qui a connu son heure de gloire début des années 2000 et qui continue a exister aujourd’hui pour une petite poignée de passionnés par cette expérience de vie parallèle numérique. C’est à ma connaissance l’expérience de métavers la plus développée jusqu’à présent qui n’était pas basée autour d’un jeu. Mais qui n’a pas fait le poids devant l’émergence à la même époque des réseaux sociaux Facebook et Instagram pour ne citer qu’eux.

Aujourd’hui un faisceau de news me font dire que le moment est venu pour qu’un métavers casse la baraque.

  • 1 : des millions (voir des milliards pour Facebook) d’utilisateurs s’agrègent autour de réseaux de site, de jeu
  • 2 : Une technologie qui s’appuie sur la block Chain est entrain de bien faire le buzz aussi: ce sont les NFT, pour Non Fungible Token. J’ai déjà fait une vidéo sur le sujet. Pour résumer rapidement c’est une techno qui permet de rendre un objet numérique unique. Bref, ils ont trouvé la techno pour transposer la notion de propriété et d’unicité à un fichier informatique. Donc avec le système de crypto monnaie lui-même et les NFT on a l’arsenal nécessaire pour créer des échanges de valeurs et de propriété dans un monde virtuel.
  • 3 : Le matos qui devient de plus en plus performant et je pense en particulier au technologie derrière les casques de réalité virtuelle comme l’Oculus par exemple qui appartient à Facebook, enfin Méta.

La question qui se pose c’est, si ces technos arrivent, est-ce qu’on va massivement l’adopter? Genre, comme les Smartphones, par exemple?

Tu te vois, toi, aller faire des concerts virtuels? Jouer pour un concert virtuel. Si cette techno est sans limite coté imagination, on pourrait répéter de manière virtuelle. Un à Tokyo, l’autre à new York et le troisième à Rochefourchat. Tu ne connais pas Rochefourchat? C’est un village dans la drome de… 1 habitant!

La musique se vit, se partage. Rien ne vaut un bon gros pogo pour partager nos miasmes et nos haleines fétides chargés en bière et en kébab, de la sueur, du sang!

Personnellement, je ne sais pas quoi penser de ces nouvelles technos. J’ai un coté vieux con réfractaire : imagine le con qui ne voulait pas rentrer dans la pièce, la première fois qu’une ampoule s’est allumée au plafonnier!

Mais vous êtes con? Ça va exploser votre bordel! C’est très bien les bougies! De toute façon, ça ne marchera jamais votre truc!

Après, je sais que j’ai un gros coté geek et du coup, cela va aiguiser grave ma curiosité aussi!

Et vous, vous en pensez quoi de tout ce bordel? Êtes-vous prêt à faire des pongo depuis vos canapés ?

Labonico

Artiste Youtubeur français, je fabrique des chansons : Un titre inédit chaque mois sur ma page Patreon, une vidéo chaque vendredi sur ma chaine YouTube où je compose des chansons à la manière des groupes de musiques que j'aime, où je teste du matériel et des outils pour les musiciens amateurs (home studio, communication, musique live) et où je m'amuse beaucoup pour exorciser l'époque!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :