L’écoute d’un style musical, un statut social?

Mon blogue me sert d’endroit pour partager des trucs que j’aime ou que j’apprécie. Très rarement je me permets d’écrire sur un sujet qui me passionne très peu. Il y a bien sûr des artistes qui piquent ma curiosité d’un point de vue culturel, comme c’est le cas du phénomène K-pop.

Dans les médias sociaux, comme à la télévision, je lis souvent des remarques par rapport à des artistes et plus particulièrement du monde musical. Des commentaires négatifs qui souvent dépassent la compréhension. À plusieurs reprises, je me suis questionné sur les motifs de ridiculiser des artistes publiquement. Quelqu’un m’a répondu cette semaine en me disant que c’est peut-être par jalousie. Est-ce peut-être un sentiment de supériorité? Je ne sais pas. C’est comme si un style musical devient un statut social, au même titre que d’avoir un téléphone intelligent ou une voiture d’une marque particulière ou, peut-être même c’est le sentiment d’être différent. Par exemple, comme si le fait d’écouter de la musique indie obscure fait en sorte que nous sommes différents.

Ceci n’est pas nouveau! Je me souviens des années 80 où différents groupes de gens écoutaient différents styles musicaux. Je suis certain que si on avait demandé aux personnages du film Breakfast Club quel genre de musique ils écoutaient, nous aurions eu des réponses différentes. Il y avait ceux qui écoutaient du heavy métal qui n’aimaient pas la pop, les gens qui écoutaient la pop n’aimaient pas l’alternatif et les fans de jazz ne comprenaient pas les autres. Enfin les gens de la musique classique… arrêtons là!

Moi, c’était du rock progressif. De là, j’ai été amené au jazz et ensuite à écouter de la musique de divers pays depuis une vingtaine d’années. Mais, j’avoue que je suis très éclectique dans mon choix musical. Moi c’est ceci, d’autres gens c’est autre chose et c’est tant mieux! Chacun son parcours musical comme son corps et sa tête lui demandent. Écouter du Mozart, du Rihanna, du Miles Davis ou du Black Sabbath, je suis toujours content quand quelqu’un prend du temps pour écouter.

On peut discuter et partager ces découvertes, mais la musique c’est très viscéral. On n’aime ou on n’aime pas. Il est très difficile de convaincre quelqu’un d’aimer quelque chose.

Dans la dernière semaine, j’ai vu très peu de commentaires négatifs par rapport au groupe sud-coréen Girls’ Generation qui est venu faire un tour aux États-Unis. En fait, le girl band semble avoir séduit le public américain. Son passage aux émissions de télévision de David Letterman et de Kelly Ripa a eu un effet médiatique incroyable, sans parler du passage des coréennes au magasin Best Buy de New York qui a eu un effet spectaculaire, du jamais vu depuis Lady Gaga d’après le magasin. Le groupe Girls’ Generation, tout comme l’industrie de la K-pop en Corée du Sud, est appuyé par le gouvernement. Il sert bien sûr de promotion, une façon d’amener des touristes. Ce coup médiatique était donc très important. On peut aimer ou non le style musical de Girls’ Generation, tout comme pour d’autres vedettes pop américaines, mais on peut tout de même leur démontrer du respect par rapport à ce qu’elles font. Je vous invite à regarder un documentaire sur le phénomène K-pop qui parle justement de l’envers de la médaille pour les pop stars de la Corée du Sud : Les hauts et les bas de l’industrie musicale de la Corée du Sud sur la chaîne Al Jazeera.

Girls’ Generation a chanté en anglais, mais elles auraient pu aussi chanter en coréen. La musique a justement cet effet de briser les frontières de la langue. Il y a certes de bons textes dans plusieurs chansons. Je lis souvent sur les médias sociaux des gens qui veulent apprendre une langue à cause de chansons qu’ils aiment. C’est formidable quand même!

Qu’en pensez-vous? Peut-on juger quelqu’un par ses goûts musicaux?

Source

Ce billet est un texte original du blogue de Rock Archambault

À propos de Rock Archambault

« Toutes mes expériences de travail et de vie m’ont toujours amené vers la musique et la littérature. J’ai toujours eu une fascination pour le processus créatif d’un artiste et d’un auteur. Ma plus grande question est de savoir par quoi l’artiste est influencé tandis que l’auteur peut être influencé par la musique. Le musicien peut trouver une étincelle, une idée après avoir lu un livre. »

Rock Archambault produit également un podcast à périodicité très variable mais à découvrir absolument!

3 Comments on L’écoute d’un style musical, un statut social?

  1. J’ai beaucoup aimé ce billet lorsque je l’ai lu sur le blogue de Rock Archambault alors je lui ai demandé si je pouvais le partager avec vous ici et il a accepté! Bonne lecture

  2. Billet intéressant. Cependant pour moi, la question ne se pose pas du point de vue de juger ou non quelqu’un par ses goûts musicaux, mais plutôt de juger quelqu’un selon s’il aime ou non la musique. Je m’explique. Il n’est pas difficile de distinguer que dans la population il y a deux types de personnes : ceux qui aiment la musique, et ceux qui s’en foutent. Ceux qui aiment la musique, quel que soit le style de musique d’ailleurs, en écoute, beaucoup, beaucoup, beaucoup, dès qu’ils peuvent quoi. Ils se foutent de ce que les autres pensent de leurs goûts et ont une connaissance relative des autres styles musicaux. A l’inverse, ceux qui « n’aiment pas la musique » se passent aisément de musique et n’ont qu’un connaissance de la musique limitée aux groupes récents, et qui sont diffusés par les différents médias de masse (télévision, radio, youtube…). On peut ainsi constater que groupes pauvres musicalement, tels les groupes de K-Pop ou des « chanteuses » tel Lady Gaga ont un succès fou grâce, principalement, à une forte couverture médiatique. De la je ne peut que comprendre ces personnes qui, comme vous le dites, méprisent ces groupes, car pour moi, ces personnes font, bien souvent, partie de ceux qui aiment la musique. Même si parfois ses critiques sont exagérées ou bien trop violentes, je l’admet, mais restons lucide, sur n’importe quelle vidéo du web, l’on trouve des insultes dans les commentaires ! Ma conclusion serait donc qu’on ne peut pas juger quelqu’un par ses goûts musicaux, mais plutôt par la richesse musicale ou la pauvreté musicale qu’il possède.

  3. Par contre quand on est un quadra chef d’entreprise un style d’habillement plutôt classique et sachant faire trois phrases avec un verbe et même un cod et qu’on écoute du heavy métal cela surprend toujours.Vive les stéréotypes!

Laisser un commentaire