Des Canailles au tabasco svp

Il est relativement tôt, mais le soleil m’a déjà marqué de ses rayons les plus denses. Les marques sur ma peau sont éloquentes, mais je n’en ai guère conscience. Toute la journée, la fébrilité qui m’habitait n’avait de commune mesure que les antipodes de la simplicité des tâches qui m’étaient assignées. Je n’avais pas à penser, mais l’observation seule du comportement humain fut l’antre de mes pensées des plus désinvoltes. Honnêtement, ce jour fut nécessairement inscrit dans les annales historiques du laboratoire humain. La campagne profonde, telle que vécue par ceux qui la colorent, est tellement fascinante que j’en suis encore renversée… Donc, sur la route de Frelighsburg, on a croisé le gars qui commence à boire à midi, pour ne jamais s’arrêter depuis, le vieux un peu pervers qui regarde les décolletés des filles qu’il rencontre, la jeune cool stressée aux cheveux mauves qui trouve ça cool d’être stressée et d’avoir les cheveux mauves, la tenancière du bar tellement sympathique que j’irais même prendre une bière avec elle, les jeunes fringants qui te regardent en étrangers quand tu ne viens pas du coin et qui partent sur le  »burn » avec leurs  »pick-up monté » juste pour t’impressionner, le seul pompier de la ville qui n’a pas trop l’air en shape mais qui se la joue tellement cool….Frelighsburg? C’est complètement pittoresque, mais honnêtement…je mettrais bien des caméras cahées partout pour observer les gens… C’est fou raide!

C’est donc dans cet état d’esprit que je me rends pacifiquement près de la Place des Festivals, juste devant l’Astral, dans la tente Molson M.Canailles, groupe finaliste des Francouvertes (QUI AURAIT DÛ GAGNER selon moi) s’y tient comme tête daffiche et je sais que ça promet. Pourquoi je le sais? Parce que je les ai déjà vus…mais je ne vous en ai jamais parlé. Le Divan Orange est rempli de secrets…VOILÀ!

CANAILLES,  à 20h

Un son de gros blues sale, de bluegrass épique, de zydeco cajun, émane de la scène dès qu’on met les pieds sous la tente. Les gens sont assis, peu de gens dansent debout d’ailleurs, mais nous on est là à groover en silence, dans l’attente que le feu prenne quelque part. N’allez pas penser que c’est la faute des Canailles: leur performance est irréprochable. La nature des gens est seulement conventionnelle, à cette heure hâtive. Le style est tellement rassembleur qu’on ne peut qu’embarquer dans leur folie sans même y penser. J’ADORE le fait qu’il y ait un accordéon, une machine à laver et un banjo comme point de mire d’un band assez éclectique. J’adore le guitariste, et l’autre aussi. J’adore la contrebasse. J’aime tellement tout que j’en suis encore éblouie. La voie de la chanteuse, rauque et un peu glauque, s’insère tellement bien dans cet éclatement des frontières cérébrales que même nos viscères y dansent leur vie sur leur propre tempo. C’est bon, Canailles. C’est vraiment bon, Canailles.

(intermède de Bernard Adamus, que je suis probablement la seule à avoir planté sur mon blog même si je l’aime….j’assume complètement…au moins, il a eu des bonnes critiques médiatiques….peut-être qu’on n’était pas au même show!)

CANAILLES, 23H

Les gens sont survoltés et les Canailles y sentent toute cette électricité.  »Bon, on a eu la permission, faque…on va sortir toutes les tables et toutes les chaises de sous la tente, et vous autres, vous allez venir danser… » OHHH YEAH! Des lignes coopératives s’installent pour que la logistique soit plus logique, et on commence à vider la place. J’aime tellement ça. TIENS TOI, FRANCOFOLIES, OUBLIE ÇA TES TABLES DEVANT DES CANAILLES, ON S’EN FICHE COMME DANS L’AN 40! (bon, je ne me fiche pas de l’an 40 mais vous comprenez l’idée). Les tables se tassent, les chaises s’empilent, les gens s’entassent et le show commence….tout le monde se met à danser, à taper des mains, à danser leur vie et même à  »trasher » tout juste devant la scène….OHHHH YEAH! Les sourires se multiplient sur les visages des gens et l’échelle du bonheur explose littéralement: on vit quelque chose de particulier ici, tous ensemble, devant un band qui ne fait que commencer. Les musiciens sont énergiques, énervés mêmes, mais toujours justes dans leur style…qui reste quand même rafistolé de plusieurs affaires bien différentes.On aime. Le ton rebelle et sans tact, juste et assez viscéral, bref et complètement débile, se répercute même sur ceux qui ne les connaissent pas.

Exemple:

Étranger: HEY! Salut, tu connais le band qui est sur la scène?

Moi: Oui, c’est Canailles!

Étranger: c’est bon en tabarnac!

Moi: Je sais. Pense-y. Rappelle-toi en.

(2 minute après, il chuchote aux oreilles de sa…blonde? Genre… »Hey, eux c’est Canailles, bébé, je vais m’en souvenir parce que j’en suis une. ») ÉPIQUE!

Sans trop me rappeler du set-list, la chanson Gazoline a mis le feu un peu partout (yeahhhh, c’est ma toune en plus), Parle-moi semble un classique dans leur répertoire et nous reste dans la tête: on la reconnaît aisément. J’ai même chanté quelques paroles, sans trop la connaître. Festive et conviviale, tu ne peux que la scander haut et fort en tapant des mains. La chanson Masking Tape est tellement épique, avec les  »back vocals » du band derrière la voix rauque et grisante du guitariste, qu’on a envie de giguer instantanément. Ramone-moi? On a envie de la connaître instantanément…comme toutes les autres d’ailleurs. Vous savez quoi? J’irai pas manger du bois (bon, je ne sais pas si c’est le bon titre mais…c’est ça qui est ça) s’imprègne tellement dans notre cerveau qu’elle n’en sort pas aisément, et on a le goût de la crier toute la nuit tellement la folie qui s’y inscrit nous ressemble. Canailles est mon coup de coeur depuis longtemps, mais LÀ, ils m’ont impressionné….Vers la fin du show, alors que ceux qui géraient le temps de leur prestation insistaient pour qu’ils arrêtent, la chanteuse nous lance en pleine gueule la chose suivante…. »Il veulent nous couper là, mais au pire on continue unplugged! » BOOM! C’est ce qu’ils ont fait, un peu, et tout le monde chantait…

CONCLUSION

Vendredi soir, le party se trouvait au show de Canailles….Un band à surveiller, à écouter, à apprendre par coeur et à chanter dans vos partys. C’est le meilleur conseil que je peux vous donner. Des Canailles au tabasco, c’est à consommer sans modération. Pense-y.

Enjoy, bande de fous!

http://canailles.bandcamp.com/album/canailles-ep

Anecdote de groupie: damnnnnn, directement en arrivant je suis passée devant quelqu’un qui se doute que je trippe sur lui (en tant qu’artiste, ET RIEN D’AUTRE) mais je suis trop gênée pour lui parler…même s’il a déjà lu mon blog….Ok….le deal? Je lui parle la prochaine fois. C’est tout. Sunny, tu vas découvrir qui je suis. Avec les Breastfeeders ou les Cuisses noires, c’est selon (ou pas, qui sait…ahahah)

Anecdote de groupie 2: Bon, on va mettre quelque chose au clair….Monsieur le black qui vient danser le reggaeton sur les  »tounes » des Canailles et qui zigne sa blonde en public sans aucune inhibition….CRISSE TON CAMP! TU M’ÉNERVES ET TU M’EMPÊCHES D’ÉCOUTER LE SHOW! AHH PIS T’ES DÉGEULASSE! Bon. Ne dansez pas le reggaeton devant moi dans un show comme cela. Voilà c’est dit!

Anecdote de groupie 3: Il y en a un qui était obnubilé pas mes bijoux…’‘Heyyyy…wooooowwwww….sont beaux tes bijoux…. » dit-il en chancelant sur sa jambe gauche, les yeux à demi-ouverts et la bouche qui ne coopérait pas…ahhh bin merci mec! (ttssssss)

 

firefly
firefly

@caroisonfire sur twitter : Music addict \ blogueuse sur le Journal d’une groupie à temps plein et travaille à temps partiel. La vie est courte. Penses-y.
 
Firefly sur Zik’n’Blog : Pour connaître mes goût musicaux, on peut découvrir mon Défi musical 30 jours, 30 chansons

Caroline Dubois sur Facebook: impertinence et musique à volonté. J’accepte les demandes d’amitié.

Être humain sur la planète terre. J’accepte les invitations sur la lune.

http://www.ziknblog.com/members/firefly/

Laisser un commentaire