Chanson de votre enfance: Where’s the love de Hanson

Ce billet est écrit dans le cadre du Défi 30 chansons en 30 Jours.

Jour 29 – une chanson de votre enfance

Confidence du jour: des fois, j’écoute des trucs un peu inusités. Même encore aujourd’hui. D’ailleurs, je l’ai déjà dis ici même, sur ce blog.
C’est ce que j’en ai dit sur le moment. Pour la chanson du jour, provenant directement de mon enfance, je l’écoute encore aujourd’hui en criant toutes les paroles derrière mon volant tellement je l’aime. Je suis comme ça. Si vous me croisez, ayez un peu de sympathie pour la groupie qui sommeille en moi s’il vous plaît.

Bin oui, where’s the love, ça groove en masse moi je trouve.

Ah puis laissez votre jugement en dehors d’ici s’il-vous-plaît. Merci. 🙂

L’AMOUR EST ÉTERNEL.

BANG! Et rien d’autre.

Je m’explique…

L’amour, en soi, découle d’un processus complexe que les philosophes et psychologues essaient d’expliquer depuis presque toujours. Ainsi, le schéma  »récepteur nerveux-nerf sensitif-aire du cerveau quelconque-déclenchement d’une réponse émotionnelle » est bien réel et se déclenche par rapport à tous les sens que l’on peut expérimenter. Dès lors, on peut déclencher une réponse émotionnelle au sens de la vue, et cette émotion vécue sera en soi véritable et incontestable. Si moi, j’aime bien la vue de vaches dans un champ vallonnant, est-ce qu’il y a quelqu’un qui peut m’obstiner là-dessus? NON! (confession: c’est tellement vrai en plus!) Ainsi va-t-il pour les autres sens. Ce qui est vraiment bien dans le fait d’aimer quelqu’un c’est que tous les sens sont alors mis à contribution: on peut toucher sa peau, sentir son parfum particulier, explorer sa beauté de nos yeux curieux, entendre ses paroles qui nous sont destinées ou goûter langoureusement ses lèvres. MmMm.

L’audition, l’ouïe, les oreilles ou l’aire auditive de l’encéphale est probablement le système le plus effectif en ce qui me concerne. Inutile de lire un livre ou d’essayer d’apprendre par la vision: cela ne fonctionne pas du tout, malgré tous les efforts que j’y consacre (confession: j’ai décidé de me mettre à la lecture avec Boris Vian, cette semaine…l’arrache-coeur, ce n’est pas vraiment l’idéal pour une personne qui n’a pas lu de livres depuis…trop longtemps….mais je persisterai et je vaincrai, je vous le promets!). Ma fascination pour les sons remonte probablement à très loin dans ma vie, et je n’entrerai pas dans ces détails. Je vous partage toutefois la constatation suivante: peu importe notre vécu, notre bagage émotionnel, intellectuel ou autre, peu importe qui l’on est ou qui l’on devient avec le temps, qu’on s’améliore ou non, qu’on régresse ou pas, qu’on change drastiquement ou tranquillement, ce qu’on a aimé une fois reste gravé dans notre mémoire pour toujours. L’émotion ressentie à l’écoute d’une pièce musicale est bien réelle, que l’on ait 10 ans ou 25 ans, et cette émotion résistera nécessairement au temps peu importe ce qui se passe. Si j’aimais une chanson à 10 ans, je l’aime encore aujourd’hui, même si mes goûts musicaux ont changé complètement. Hey les métalleux, je sais que vous écoutiez Green Day avant d’aimer Dream Theater, n’essayez pas de me mentir!

Donc, à mon sens, l’amour est éternel. Ce qu’on a aimé une fois, on l’aime pour toujours…..à moins que l’objet de notre amour nous brise le coeur plus d’une fois (mais, pour cela, il n’y a que les humains capables de nous décevoir de la sorte….la musique, elle, ne peut pas nous tromper)

Ceci étant dit, (les retours dans le temps étant rarement possibles et souhaitables), un semblant de goût du passé s’est manifesté dans ma vie jeudi dernier. Alors que j’écrivais sur mon blog:  »blablabla je suis en furie parce que je n’irai pas voir mon groupe fétiche number-one-of-all-time », la seule personne que je connais depuis toujours et qui est aussi groupie que moi de ce groupe (que je tairai pour la préservation de mon ego merci), a répondu à mon appel, et tout ce que je sais par la suite,c’est qu’on était dans la salle devant eux. On pouvait les voir. On pouvait les entendre  »live ». On les regardait interagir sur la scène. S’animer autrement qu’à la télévision ou sur une photo. Constater qu’on avait tous vieillit. Constater qu’ils font désormais de la cr***de bonne musique soul. Constater qu’on les aime encore…comme des vraies petites filles innocentes. Réaliser que malgré tous les combats, la vie qui va nous ramène souvent à ce qu’on est fondamentalement. Avoir envie de pleurer à la fin du show parce tous ces souvenirs qui nous ont été lancés en plein visage nous rappellent avec effroi que nous vieillissons plus vite que nous le pensons…(coudonc, j’ai tu vraiment 25 ans moi là?)

Ce qui est vraiment le fun avec ma copine MelG, c’est qu’on se connaît vraiment depuis toujours….On s’est fait garder avec un singe hurleur, très attachant malgré le fait qu’on avait envie de l’étrangler assez souvent parce qu’il nous empêchait d’écouter les Trois Mousquetaires. On a fait notre entrée à l’école habillées de la même façon, comme si on était soeurs. On a vécu nos vies un peu séparément, et on s’est même perdues de vue au secondaire. Au Cégep, quand on a renoué, on a commencé à aller voir des shows. Plusieurs shows. Plusieurs fois les mêmes artistes. Pourquoi? Parce qu’on est aussi groupie l’une que l’autre….et elle probablement plus que moi. IMAGINEZ! Par contre, ce qui est le plus agréable, c’est d’être soi-même d’un bout à l’autre, d’exploser de joie un peu n’importe quand, de dire n’importe quoi et de savoir que l’autre personne nous acceptera entièrement comme on est, peu importe ce qui se passe. Parce qu’on se connaît depuis toujours.

Bref….aller voir un groupe  »vintage » au Club Soda en novembre 2010 que l’on aime d’amour avec notre amie d’enfance qui les aime tout autant? PRICELESS….

Voilà tout. J’avais besoin de me confesser.
Sur ces belles paroles…

ENJOY BANDE DE FOUS!

ET VIVEZ CHAQUE INSTANT COMME SI C’ÉTAIT LE DERNIER!!!

Entendu pendant le show: Caro, j’peux pas croire que je suis en train de chanter cette chanson-là  »live » (MMMmmmbbboo…..blablabla)

Source

Ce billet est un texte original du Journal d’une Groupie

firefly
firefly
---------------------------------------------------------- @caroisonfire sur twitter: Music addict \ blogueuse à temps plein et travaille à temps partiel. La vie est courte. Penses-y. ----------------------------------------------------------- Firefly sur Zik'n'Blog et surtout sur le Journal d'une groupie. Pour connaître mes goût musicaux, on peut découvrir mon Défi musical 30 jours, 30 chansons ------------------------------------------------------------ Caroline Dubois sur Facebook: impertinence et musique à volonté. J'accepte les demandes d'amitié. -------------------------------------------------------------- Être humain sur la planète terre. J'accepte les invitations sur la lune. ---------------------------------------------------------------
http://www.ziknblog.com/members/firefly/

Laisser un commentaire