Neneh Cherry en plein CirKus

CirKusAprès quelques années consacrées à sa fille, Neneh Cherry présente au Nice Jazz Festival 2006 son tout dernier projet où sa voix se pose sur des rythmes électroniques. Interview en toute tranquillité.

Dans moins de deux heures, la scène des Arènes sera à eux. Ils seront trois à se partager le chant: la jeune Lolita Moon, qui s’occupe aussi de claviers, Neneh Cherry et son compagnon Burt Ford (à la programmation et à la basse) qui révèlera des intonations à la Horace Andy. Le DJ Karmil prendra la guitare acoustique tandis qu’un cinquième compère jouera d’une batterie équipée de pads lui permettant de reproduire des sons électroniques pré-enregistrés. Lors du rappel, Neneh reviendra en tenant sa petite fille par la main pour dédier un Seven Seconds acoustique à tous les enfants de la Terre. En attendant, elle nous reçoit presque en pantoufles, avec sa bande qui, manifestement, ne peut travailler que dans la bonne humeur.

Tout d’abord, comment avez-vous choisi le nom du groupe?
Ford:
C’est lui qui nous a choisi ; notre famille vit un peu comme un cirque.
Cherry: Cette idée de chaos organisé correspond bien à notre environnement.
Lolita: On est tous différents et on apporte des choses différentes qui au final ne font qu’un.

L’électronique est très présent sur l’album. Comment cela se traduit-il sur scène?
Karmil:
On a avec nous une cinquième personne, John Toms, qui joue de la batterie et qui est notre directeur musical.
Ford: On l’a volé à Tricky il y a quelques années. (rires)
Cherry: Tricky n’aurait pas dû rester dormir si longtemps chez nous, à manger toute nos céréales. (rires)
Karmil: Les rythmes électroniques que j’ai créés pour le disque, Tom les rejoue en live grâce à des pads.
Ford: Et c’est très difficile car quand on joue d’une batterie électronique, il y a un délai. Au départ, il ne voulait pas de vraie batterie : on l’a vraiment poussé, il s’est entraîné pendant des mois et il adore maintenant! (rires) Son principal souci était de régler les choses tout en laissant à chacun une part de spontanéité. On a enregistré le disque avec des séquences et on en a gardé de bons morceaux qu’on joue sur scène grâce à nos claviers. Tom apporte des éléments qui ne sont pas sur le disque. On vient de faire un set acoustique avec la batterie et ça devrait être super!
Karmil: Sur scène chacun joue une partie et c’est ce que vous entendez.
Cherry: On aime tous les vibrations de la musique électronique. Mais tout en gardant cet esprit sur scène, on voulait une dynamique de musique live et ne pas se laisser enfermer dans des séquences. Il faut arriver à un équilibre très simple et naïf.

Aviez-vous un concept en créant le disque?
Cherry:
Non et justement c’est ça qui était bien. Au départ, l’idée était très spontanée et le résultat semble très spontané mais entre les deux il a fallu énormément de boulot, surtout de la part de Ford et Karmil car ils travaillent dessus depuis plus longtemps. Mais on n’a pas fait ça pour faire un tube!
Ford: On avait envie, tous les deux, de retrouver ce qu’on avait fait dans des groupes pop. On cherchait inconsciemment à remplir, pour Karmil et Lolita, le rôle que Massive Attack a joué pour nous au début. Non pas qu’on soit comme eux, personne ne peut être comme eux, mais on les a amené dans notre « salle des machines ».

Neneh Cherry, vous avez intégré le projet en cours de route. Comment s’est passée cette décision?
Cherry:
Je n’ai pas vraiment décidé.
Lolita: Tu es devenue accro!
Cherry: Exactement et maintenant j’essaie de décrocher! (rires) Les choses se sont faites petit à petit: pour chaque titre, au moment de la mise en forme, ils me disaient « essaie de chanter là ou là ». Sur quelques titres, ça n’a pas marché et sur ceux où ça collait, on a gardé.
Ford: Travailler et chanter avec Neneh, qui a cette grande voix, c’est incroyable pour moi. Quand elle m’a dit qu’elle voulait se remettre à travailler, je lui ai dit qu’elle devait y aller tranquillement pendant un certain temps. Elle a commencé par être DJ avec un ami. Et je crois que dans quelques années, CirKus pourra jouer sur de longues soirées, des concerts de 3-4 voire 5 heures, où chacun aurait sa propre partie y compris les DJ.
Karmil: C’est un concept fort que tu as là!
Ford: Garde-m’en une copie que je puisse m’en souvenir! (rires)

Dans quel esprit avez-vous créé votre label Tent Music?
Ford:
On a toujours essayé de dépenser autant d’argent et d’énergie que possible pour aider les jeunes. C’est ce qui s’est passé pour Massive Attack, Tricky, toutes les personnes pour qui on a travaillé. Depuis qu’on a rencontré Karmil, il nous a montré qu’il y a tant de bonne musique qui n’est pas exposée à cause de la mentalité de l’industrie musicale. Alors on a décidé de monter Tent. C’est comme une famille, il n’y a pas de contrat d’exclusivité, si les gens veulent aller ailleurs, ils peuvent partir.
Cherry: On n’est pas là pour gagner de l’argent ni leur mettre un tampon « découvert par Tent ». C’est plus pour nous permettre à nous de continuer. (rires)
Ford: On leur vole des idées!
Cherry: On ne leur vole rien, c’est un échange!

Neneh Cherry, vous avez eu de nombreuses collaborations. Changez-vous votre manière de chanter à chaque nouveau projet?
Cherry:
D’une certaine manière, oui. Quand vous chantez avec quelqu’un d’autre, vous écoutez différemment et vous devez changer un peu ce que vous êtes pour vous glisser parfaitement dans le morceau. Et c’est pour ça qu’il est bon de collaborer avec d’autres personnes car c’est beaucoup plus facile d’aller vers l’émotion quand il y a un échange véritable.

Ce soir, vous jouez à Nice. Que ressentez-vous?
Cherry:
Quand je suis arrivée ici et que j’ai senti cette forte odeur de pin sec, ça m’a vraiment rappelé mon enfance. Avec mon père, on a beaucoup voyagé pour jouer dans les festivals de jazz de la région: on faisait du camping! Et on s’amusait tellement.

A propos de votre père, Pura Fé nous parlait hier des origines indiennes de Don Cherry. Est-ce que ces origines ont pu influencer votre travail?
Cherry:
En fait, toute la musique que j’ai entendue en grandissant s’est infiltrée dans mon esprit. Je ne me suis jamais arrêtée pour y réfléchir mais ça a toujours été là et c’est important.

Dans la chanson « You’re such an », Neneh déclare: « You’re such an asshole » (« tu es un vrai connard ») …
Ford:
Ca s’adresse à moi! (rires)
Cherry:  C’est une métaphore, on parle plus d’une mentalité que d’une personne. Il ne faut pas le prendre au sens littéral mais c’est bon d’être direct parfois!
Ford: Si c’était un single, il serait probablement interdit. En Angleterre, en tout cas, ça ne passerait pas sur les radios et je suis anglais, je sais de quoi je parle. Mais vous savez, nous avons été éjectés d’un avion l’autre jour car j’ai traité le gars de l’aéroport de « asshole »!
Lolita: Et il t’a répondu « No, you’re an asshole! » (rires)
Ford: On a dû reprendre toutes nos affaires et repartir! Manifestement, il y a des choses qui ne passent pas.

Merci à tous les quatre.

Propos recueillis et traduits par Eric_M

CirKus sur le site officiel de Neneh Cherry
LayLow sorti le 12 août 2005 chez Tent Records

About Eric_M 73 Articles
En amateur de musique, Eric Maïolino est auteur-compositeur-interprète, joue de la guitare, pratique le théâtre et assiste à des concerts! (toutes ses chroniques ici)

Be the first to comment

Laisser un commentaire