Fred Hamm, du groove au jazz

Une vraie découverte pour terminer cette série d’articles sur le Nice Jazz Festival : Fred Hamm et son électro-groove.

Dans les environs de Nice, le nom d’un guitariste circule depuis un certain temps ainsi qu’une pochette d’album étrange qui attire le regard. Lors de la clôture du Nice Jazz Festival 2005, Fred Hamm a connu sa première consécration scénique. Peu de groupes locaux ont cette chance. Fred Hamm confirme ainsi qu’il est un artiste en expansion. Accompagné de son groupe « Electro Groove », avec notamment un sax soprano qui donne une couleur particulière aux morceaux, Fred présentait sur la scène Matisse ses compositions funk traversées de jazz et de samples électro. Partagé entre Nosfell au jardin et Laurent de Wilde aux Arènes, le public a fini par s’arrêter de plus en plus nombreux devant le quintette azuréen. C’est forcément bon signe. Rencontre avec l’inventeur de l’électro-groove. Allez, on est entre collègues. Je te tutoie, Fred ?

Bonjour Fred. Est-ce que tu pourrais te présenter rapidement ainsi que les musiciens qui t’accompagnent sur scène ?
Fred Hamm, 29 ans. J’habite à Saint-Laurent du Var. Le groupe est formé de 5 personnes : moi-même aux samples, à la guitare et à la voix, le bassiste Eric Morgana, le saxophoniste soprano Jocelyn Viallon, le batteur Laurent Tamagno et le clavier Fred Flohr. Le groupe est formé depuis début 2004. Mon dernier album est sorti fin 2003.

Le fameux album qui s’appelle « ? »
Il n’y a pas de titre en fait, c’est une énigme. C’est purement visuel. Je suis passionné d’art contemporain et de peinture. On ne voulait pas mettre d’étiquette, ni diriger les gens avec un titre trop explicite donc on a fait une pochette sous forme de logo avec ce grand point d’interrogation qui fait office de titre. C’est pour laisser un mystère et laisser les gens se faire leur propre opinion du disque.

C’est pour éviter de cataloguer la musique ?
C’est ça. C’est vrai qu’un titre suggère pas mal de choses. Quand on regarde une pochette, on est déjà dans une pré-analyse de ce qu’on va entendre. Nous on voulait faire quelque chose d’assez énigmatique, un peu bizarre pour susciter l’intérêt des gens. Ca marche bien parce que le fameux logo avec la tête de chat reste dans l’esprit des gens. Même les musiciens du Nice Jazz Festival avouent avoir déjà repéré ma pochette. Nosfell par exemple avait vu mon disque.

Comment est venue l’idée de ce disque ? Tu voulais faire quelque chose de nouveau ?
Je suis un passionné de la musique au sens large, j’aime donner dans tous les styles. Le premier disque que j’ai sorti en 2000 c’était plutôt rock voire hard-rock avec des touches de musique progressive et de jazz. Depuis longtemps j’écoute beaucoup de groove et de funk. J’avais dans l’idée de proposer une fusion un peu originale puisque la mode actuelle est plutôt l’électro-jazz (Julien Lourau, Erik Truffaz, Laurent de Wilde …). J’avais envie de prendre plus appui sur la musique des années 70-80 dans l’esprit groove, soul, P-Funk, Funkadelic et de proposer une sorte d’électro-groove.

Les musiciens qui t’accompagnent sur scène sont-ils sur ce disque ?
Seul Eric Morgana à la basse joue sur l’album. Il me suit depuis le début, c’est un ami de longue date avec qui j’ai composé d’ailleurs. L’idée du disque c’était de faire une réunion de musiciens autour de thèmes, de mélodies et d’improvisations. J’ai donc fait participer divers musiciens que je connaissais déjà à l’époque. Comme je travaillais à la FNAC de Cannes, ça m’a permis de rencontrer pas mal de gens et le groupe regroupe 11 musiciens différents. Par contre, pour le live, il a fallu réduire l’effectif d’autant que la plupart des musiciens avaient d’autres groupes et ne pouvaient pas nous suivre en tournée. Donc j’ai fait une audition pour trouver les trois autres musiciens.

Pour cerner un peu ta musique, peux-tu nous dire ce que tu écoutes en ce moment ?
Pour cibler avec le style de musique qu’on fait maintenant, je dirais que Bootsy Collins et George Clinton sont vraiment nos dieux. Le dernier album de George Clinton avec P-Funk est d’ailleurs à écouter. Ils ont aussi remasterisé les albums de Parliament dernièrement et je me régale. Sinon, j’écoute beaucoup le groupe N*E*R*D qui fait de l’électro hip hop. Le dernier album des Brand New Heavies est d’enfer. J’aime bien aussi l’esprit des Trouble Makers : c’est de l’électro-jazz avec des samples de films. J’écoute pas mal de rock aussi comme Queen of the Stone Age. Je suis très ouvert.

Ca fait quoi d’être programmé au Nice Jazz Festival ?
C’est la consécration. Je suis un spectateur assidu de ce festival depuis de nombreuses années. Je le fréquentais déjà avec mes parents il y a  une quinzaine d’années. C’est un rêve de longue date de pouvoir monter sur l’une des scènes prestigieuses de ce festival. C’est une super chance pour nous d’avoir pu y jouer, d’autant que c’était une soirée importante, la dernière, qui a fait pas mal d’entrées. C’est le début d’une nouvelle étape pour le groupe. On est très content parce qu’en un an c’est allé assez vite.

Qu’est-ce que tu retiendrais de votre passage sur scène ?
Un énorme trac avant, un soulagement après et surtout pendant, l’osmose au niveau des musiciens et un bon contact avec le public. C’était fabuleux. La plupart du public nous a suivi jusqu’au bout du show. C’était vraiment une récompense. On était sur une vraie scène pour la première fois depuis le début du groupe. Tout était idéal. Un grand merci au Nice Jazz festival pour nous avoir donné cette chance.

Un peu avant vous Laurent de Wilde jouait sur la scène des Arènes. Vous l’aviez déjà croisé, il me semble ?
On avait joué avec lui l’année dernière à la MJC Picaud de Cannes. On nous avait proposé de faire la première partie du projet Fillet of Soul avec Alexandre Tassel, Guillaume Naturel et Laurent de Wilde au Fender Rhodes. Par l’intermédiaire d’amis en commun, j’ai proposé à Laurent de Wilde de faire une jam session. Il est donc venu jouer juste avant son concert sur l’un des morceaux. On a enregistré et filmé ce morceau et Laurent de Wilde a accepté qu’on le diffuse. Ca a contribué je pense à intéresser le NJF. Laurent de Wilde est un peu le parrain du groupe. Il était prévu au départ qu’il vienne faire une jam session le soir même sur notre set mais on a eu des problèmes techniques et ça n’a pas pu se faire. Mais j’espère à nouveau pouvoir collaborer avec lui, peut-être sur un disque.

Tu as pu voir certaines soirées du NJF 2005 ?
Oui, j’ai assisté à pas mal de soirées. On a vu le show d’Emir Kusturica à l’ouverture c’était super, un peu de Van Morrison. On a assisté à la soirée de vendredi. Il y avait assez peu de monde mais le feeling passait quand même. Le lendemain, pour la soirée soul hip hop, j’ai vu les Brand New Heavies dont je suis un grand fan. Super concert. Le style de musique était très très large, du jazz au funk en passant par le rock. J’aime bien l’idée de pouvoir toucher à tout.

Quels sont tes projets ?
La tournée continue. La grosse tournée va débuter à la rentrée. Jusqu’ici on a surtout joué dans la région notamment dans les FNAC et les clubs. Il faudra surveiller le site pour les dates. Il y a aussi un projet de live, une sorte de compil entre ce qui a été fait l’année dernière à Picaud et ce qui a été filmé cette année à Cimiez qui sortira sous forme de CD ou de DVD. Et on travaille sur les compos d’un nouvel album prévu pour la fin de l’année avec un nouveau concept mais qui reste dans le groove. Ca fait danser les gens et c’est ce qui nous plait. Ca se fera avec le même groupe sauf le saxophoniste qui nous quitte. Il y aura je pense pas mal d’électronique, de sampler et de séquences. Une partie acoustique et une partie électronique qui devraient bien fusionner. On compte aussi travailler avec des VJ (des Vidéo Jockey) qui projetteraient des visuels derrière nous. On tend vers un spectacle total, de la musique et de la vidéo.

Merci Fred.

Le site de Fred Hamm
L’album autoproduit « ? » est distribué par le label Musicast et disponible partout en France.

Eric_M
Eric_M

En amateur de musique, Eric Maïolino est auteur-compositeur-interprète, joue de la guitare, pratique le théâtre et assiste à des concerts! (toutes ses chroniques ici)

http://www.ericmaiolino.com

Laisser un commentaire