The Same As It Never Was Before de Stéphane Belmondo

Ne connaissant absolument rien au monde du Jazz si ce n’est le groupe The Cinematic Orchestra (même si ce n’est pas du jazz à proprement parlé), mais aimant tout de même ce style de musique, je vais essayer de vous donner mes impressions sur l’album The Same As It Never Was Before de Stéphane Belmondo.

Un album qui démarre plutôt lentement avec la chanson So We Are permettant de se préparer à l’écoute de l’album, se relaxer avant la dégustation du reste de l’œuvre. Dès la deuxième chanson, on ressent cette énergie jazzy, cette énergie que j’affectionne tant dans le jazz. C’est le genre de chanson qui vous fait bouger la tête sans que vous ne pouviez la contrôler. Outre la maîtrise de son instrument, on sent de la part de Stéphane Belmondo une envie de partager la musique.

On peut ainsi entendre pendant une partie assez conséquente de la chanson You and I, un solo de piano, aussi dynamique que mélodieux interprété par Kirk Lightsey.

Contrastant avec les deux premières chansons, l’introduction d’Habiba m’a paru bien trop longue pour une introduction (5 minutes et 11 secondes tout de même !), en totale contradiction avec le morceau en lui même et j’ai trouvé ça plutôt dommage étant donné que j’ai plutôt apprécié la chanson en elle même. Étant moi-même batteur, je sais que le jazz est l’un des styles les plus difficiles à jouer et dans Habiba, le jeu du batteur est tout simplement fabulé. Net, précis et technique, le jeu de Billy Hart ne laissera sans doute personne indifférent.

La chanson Free For Three est dans un esprit toujours aussi technique. Chacun des 3 musiciens poussent son interprétation au plus profond de la complexité et il en ressort un morceau où il est tout bonnement impossible de trouver la pulsation, de ressentir le tempo. Et contrairement à ce qu’on pourrait penser, cela rend le morceau très plaisant à l’écoute et très relaxant !

Jouant toujours avec les contrastes entre les chansons, le morceau Light Upon Rita est plutôt mélodique. Cela se ressent dés l’introduction, avec le rire de bébé et le thème soliste à la contrebasse.

Le prochain morceau, Everything Happens To Me, nous plonge dans un univers relaxant où chaque note nous dé-stress un peu plus. Le duo piano/trompette est d’ailleurs parfait pour ça. Mélodieuse, majestueuse, leur musique nous enveloppe et nous transporte loin, très loin dans l’univers du jazz.

Le morceau Godspeed, bien que très court m’a fait pensé au jazz que je connais un peu plus, celui que joue le groupe The Cinematic Orchestra, un jazz rythmé mais recherché, mélodieux mais assez technique.

On revient sur un swing rythmé laissant la part belle à l’interprétation avec United. On peut savourer un excellent solo de piano et un jeu endiablé du batteur. Encore un morceau qui donne envie de se bouger !

L’album se fini comme il a commencé, sur Haunting By Now, un morceau lent, mélodieux, relaxant. On peut d’ailleurs y entendre le son d’un Fender Rodes, instrument emblématiques des années 70. Nous avons même le droit à une « bonus track » fort sympathique mais pour ça, je vous laisse la surprise !

The Same As It Never Was Before de Stéphane Belmondo (Universal Music France)
Pochette album1. So we are (Stéphane Belmondo)
2. You & I (Stevie Wonder)
3. Habiba (intro) (Kirk Lightsey)
4. Habiba (Kirk Lightsey)
5. Free for three (Stéphane Belmondo)
6. Light upon Rita (Stéphane Belmondo)
7. Everything happens to me (Matt Denis)
8. Godspeed (Stéphane Belmondo)
9. United (Wayne Shorter)
10. Haunting by now* (Stéphane Belmondo)

*Laurent Fickelson Piano et Fender Rhodes

Au final, même en n’étant pas un grand amateur de jazz, j’ai apprécié cet album pour le coté relaxant de cette musique et la recherche de sonorité présente sur tout l’album.

About Tombek 5 Articles
Musicien depuis plus de 12 ans, je tente de partager ma passion de la musique, libre quand c'est possible, avec le plus grand nombre possible. Bonne lecture !

Be the first to comment

Laisser un commentaire