Ross Godfrey de Morcheeba : « La vieille musique est probablement la meilleure »

Le 10 juillet dernier, Morcheeba fermait la scène électro d’un Nice Jazz Festival quasi-complet (lire la chronique du concert). Gros succès pour le groupe britannique qui a conclu avec son méga-tube Rome wasn’t built in a day. Né dans la mouvance du trip-hop des années quatre-vingt dix, le groupe a été fondé par les frères Paul Godfrey aux platines et Ross Godfrey à la guitare avec la chanteuse Skye Edwards. Après avoir quitté le groupe pour deux albums, Skye revient pour leur septième disque Blood like limonade. L’occasion de poser quelques questions à Ross Godfrey après leur concert très réussi.

Bonsoir et bravo pour votre concert. C’était une grande scène ce soir même si vous en faites de plus grandes. Vous arrive-t-il de jouer dans des petites salles ?

Dans chaque pays, on joue dans des lieux différents en fonction de notre popularité. On aime jouer dans des petites salles comme des théâtres parce que le son y est très bon. Mais ce soir c’était un gros concert et on apprécié l’euphorie de la foule. S’ils prennent du plaisir, on en prend aussi.

Et faites-vous un concert différent quand vous jouez dans de petites salles ?

Oui et on joue aussi les chansons différemment. Il y a pas mal d’improvisation et l’énergie change. Si tout le monde chante doucement dans le théâtre, on joue très lentement et si tout le monde se lève et saute de partout, on joue très vite.

Comment est né ce septième album ?

Moi frère et moi, on a écrit beaucoup de chansons il y a deux ans. On ne voyait plus Skye et on ne savait pas si elle chanterait sur cet album ou pas. Un jour, je suis tombé sur elle à Londres. Elle est passée devant moi dans la rue et elle m’a dit bonjour. On s’est embrassé et on est allé dans un restaurant. On a vraiment beaucoup bu. Je lui ai dit qu’on adorerait qu’elle chante sur notre prochain album et elle a accepté. Mon frère a jeté les chansons qu’on avait et il a dit : « écrivons-en de nouvelles ». C’était fin 2009 et on a écrit toutes les chansons de l’album assez vite parce qu’on craignait que si on ne le faisait pas tout se suite, ça ne se fasse pas.

Est-ce que cette séparation avec votre chanteuse a été nécessaire à la création de cet album ?

On avait besoin de ce temps de séparation car depuis que j’ai 18 ans nous avons vécu dans un bus à voyager à travers le monde. On a passé dix ans à côté les uns des autres et on a fini par ne plus s’apprécier autant qu’au début. Donc il a fallu qu’on passe du temps chacun de notre côté et quand on s’est retrouvé ça a été très créatif, on a très bien écrit ensemble. Peut-être avait-on besoin de ce temps de séparation pour retrouver la magie.

Vous venez de jouer dans un festival de jazz. Est-ce que le jazz influence votre musique ?

La plus grande influence jazz de Morcheeba, c’est l’espace qu’il y a dans des albums comme In a silent way de Miles Davis. C’est si beau. Parfois avec Morcheeba on essaie d’avoir ces grands espaces comme ça, c’est très minimal. Ma chose préférée dans le jazz c’est probablement la possibilité de créer des ambiances et In a silent way est probablement mon ambiance préférée au monde. On écoute chacun beaucoup de jazz. Skye aime beaucoup Nina Simone ou Ella Fitzgerald. Elle est très influencée par ces anciennes chanteuses. Et quand vous aimez la musique, il faut admettre que la vieille musique est probablement la meilleure.

Comment avez-vous été initié au jazz ?

Mon père est fan de jazz depuis que je suis tout petit. Il écoutait par exemple Charlie Parker et John Coltrane. J’écoute surtout de la musique ancienne, je n’écoute pas trop de musique moderne. Grâce au blues et au jazz, vous pouvez dire comment étaient les gens au cours des 70 dernières années et ils étaient incroyables. Mon artiste préféré est Jimi Hendrix, des chansons comme Machine Guns sonnent come du jazz, c’est très étrange, ça vient d’une autre planète. La musique n’a pas de frontière. Il n’y a pas de guerre entre les genres car on peut transcender tout ça. Un artiste comme Jimi Hendrix peut transcender le blues et le jazz, le rock. Seuls les journalistes essaient de définir la musique, les musiciens pas forcément, ils jouent tout simplement.

Merci beaucoup Ross.

Propos recueillis et traduits par Eric_M

Morcheeba : le site officiel en anglais
Nice Jazz Festival 2011 : au 3e jour, j’ai choisi l’éléctro : ma chronique du concert
Photo par Photoxygen

Eric_M
Eric_M

En amateur de musique, Eric Maïolino est auteur-compositeur-interprète, joue de la guitare, pratique le théâtre et assiste à des concerts! (toutes ses chroniques ici)

http://www.ericmaiolino.com

2 thoughts on “Ross Godfrey de Morcheeba : « La vieille musique est probablement la meilleure »

Laisser un commentaire