Sous un air d’indignations – J’accuse – Damien Saez – Mars 2010

Le poète du rock français ou encore l’insoumis aux lois du marché musical, sont autant de noms que l’on attribue à Damien Saez qui reste unique et inimitable dans le paysage de la musique européenne. Le mélange de sa dextérité poétique avec un message poignant et impliqué font de lui un personnage incontournable et talentueux de sa génération.

En janvier 2010, il nous annonce son grand retour indépendant, comme une ritournelle devenue habituelle depuis trois ans, où sa productivité créatrice l’a poussé à sortir un album tous les ans. Après le mélancolique Varsovie – L’Alhambra – Paris, et son voyage anglophone mystiquement rock « Yellow Tricycle », il nous offre un retour aux sources devenu étrangement habituel.

Ce jour sort le nouvel album : « J’accuse » de Damien Saez – Mars 2010

Son album « J’accuse » avec un premier titre en téléchargement gratuit sur son site internet sortira ce lundi 29 mars 2010, avec la promesse d’un Saez aux premières amours : du rock, du son et du bruit. La mélancolie amoureuse poétiquement dégoulinante laissant place à la consternation rock et fraiche de ce monde pleins de contrastes, relatant directement des faits d’actualité et ne cachant pas son espoir de s’en sortir, Saez nous offre comme deux premiers singles « Police » et « J’accuse » un avant gout de sa musique qui l’a fait tant connaître. Saez sonne comme un rebelle, sans bottes de cuir ni accessoires ridiculement grotesque, mais avec sa plume légendaire et incisive il dresse un portrait simple et réaliste de la société s’éloignant de certaines utopies niaises et insensées de certains prêcheur de paix et d’amour.

Une mise en abîme sublime et délicate dénonçant la vulgarité et l’obscénité de la société moderne à travers poésie et intelligence littéraire. « Police » nous régale sur une basse et une batterie un pamphlet rythmé et envoutant. Loin de son « Jeunesse lève-toi », il traite l’actualité sans plus aucune mélancolie et douce amertume comme il avait pris l’habitude de le faire dès ses débuts. Conséquences d’une société changeante ou non, Damien écrit sous la bannière de la consternation façon liste de course, pour décrier les dérives de ce monde et plus particulièrement de son pays. Comme si le jeune français n’avait plus aucun espoir, il décrit sa France tel qu’il la voit, sans y ajouter une pointe de doux sentiments. Ce qui rend plus efficace et particulier son « J’accuse » qui se suffisant à cette consternation laisse un froid dans le dos à ceux qui s’arrêteront sur le texte et la musique. « J’accuse », sous une flèche de Zola, il nous transperce comme s’il lisait dans nos pensées et nos habitudes.

Un n’allant pas sans l’autre, Saez s’est également offert une publicité inattendue avec l’interdiction d’affichage de la pochette de son futur album dans le métro parisien. Censure « lamentable », commente l’accusé, ce qui, espérons, l’inspirera à nous dévoiler de nouveaux messages sur cette société qu’il décrie mais qu’il tente de la même façon de préserver.

Damien Saez, on aime ou pas, nous offre deux premiers extraits laissant présager un nouveau tournant dans sa musique et ses messages. Finies les ruptures et les envies de suicides amoureux qu’il nous proposait depuis deux ans. Place à la lutte et à la conquête percutante, toujours avec volupté et subtilité, il nous emporte dans son univers, ses Illuminations et sensations.

Titres du nouvel album de Saez sorti le 29 mars 2010 intitulé J’accuse

Zik'n'Blog de censure pas la pochette de Saez!
01- Les anarchistectures
02- Pilule
03- Cigarette
04- Des p’tits sous
05- Sonnez tocsin dans les campagnes
06- J’accuse
07- Lula
08- Regarder les filles pleurer
09- Regarder les filles pleurer thème
10- Les cours des lycées
11- Les printemps
12- Marguerite
13- On a tous une Lula
14- Tricycle jaune

Saez sur FacebookSaez sur MySpaceSaez sur Twitter

4 thoughts on “Sous un air d’indignations – J’accuse – Damien Saez – Mars 2010

  1. Un bel aperçu de ce qui viendra titiller nos oreilles… Damien saez un jour, Damien Saez toujours ! On aime cette douce révolte qui ne manque pas de piquant et de pertinence… Mais rappelons aux réfractaires et conformistes que la France, malgré tous ses défauts, on l’aime ! Que le message passe avec l’art musical.
    Applaudissons ce rock du milénaire !

  2. Article superbement bien rédigé qui donne envie d’aller plus loin et d’écouter ce nouvel album…quand bien même on ne serait pas une fan inconditionnelle.

    Je cours l’écouter!

  3. très bel article 🙂 tu éveilles d’autant plus ma curiosité quant à cet album. La première fois que j’ai entendu le titre « j’accuse » je n’ai pas aimé mais à la deuxième écoute j’ai été surprise et agréablement surprise. Suite à ton article je vis prendre le temps d’écouter l’album en entier je vais le demander à justine par curiosité ou plus… 🙂

Laisser un commentaire