De ioeo à Tryad

Cédric commence à composer sur un synthé à l’âge de 13 ans pour découvrir ensuite la mao. Il a remporté, il y a de nombreuses années, le premier prix du concours « Masters of the Groove » organisé par Roland Corp. dans plusieurs pays européens. Helwett Packard France utilisera le titre composé pour ce concours sur un de leurs sites internet. Malgré cela, aujourd’hui, le nom de Cédric n’est pas affiché partout dans les médias. Comme je trouve qu’il a du talent, je lui ai posé quelques questions. Mais Cédric n’est pas très bavard, il le dit lui-même et mes questions sont parfois plus longues que ses réponses alors finalement, je l’ai bombardé de questions… On y apprend des choses intéressantes comme : « un site de musique libre m’a plus rapporté que les sites de ventes en ligne ! »

Bonjour Cédric, mais… qui es-tu donc ?
Bonjour, je suis compositeur amateur depuis une vingtaine d’années, je fais principalement de l’ambient sous le pseudonyme ioeo.

Le pseudo ioeo a t’il une signification particulière ? D’où vient-il ?

Mon pseudo n’a aucune signification, je voulais simplement un nom court avec uniquement des voyelles, et j’ai bien aimé celui là 😉

Tu es le tout premier artiste à m’avoir suivi sur Twitter. Comment m’as tu connu et peut-on dire que tu es un artiste web 2.0 ?
Je te connais via le site Sincever.

Tu esquives ma question sur le web 2.0 volontairement ?
Non, pas du tout, lol, je pense que je devais avoir ton adresse e-mail et que je l’ai importée dans twitter

😉 Ok, alors je vais reformuler ma question ! Tu utilises des outils de microblogging comme Twitter, par exemple. Quel intérêt en retires-tu ? Cet outil t’a t’il ouvert quelques portes ? Est-ce quelque chose qui te permet d’avancer en tant qu’artiste ou est-ce plus une utilisation personnelle que tu en fais ?
😉 Disons que c’est plus personnel vu que je suis passionné d’internet et de nouvelles technos, donc je teste tous les services web2.0… sous le pseudo ioeo ! Twitter est utile pour informer facilement et rapidement les gens qui me suivent, de mes actualités musicales en effet.

Sur ton site sur Free, tu indique ioeo n’existe plus… Est-ce pour te concentrer sur des collaborations ?
Ah non, en fait, c’est mon ancien site qui n’est plus à jour… j’avais fait une pause musicale de plusieurs mois.

Et ton actualité musicale aujourd’hui, qu’elle est-elle ?
Actuellement, je compose le prochain album de tr^ad en collaboration avec Andrew vavrek


Tryad in France – Interview on LCI – jamendo.com
by JamendoVideo

Donc un album qui sera lui aussi sous licence Creative Common ? Peux tu nous préciser une date de sortie ? J’imagine que tu as rencontré Andrew uniquement virtuellement sur Jamendo comme l’explique le reportage ? Explique nous comment vous avez décidé de collaborer ensemble ?
Oui sous creative common. La date de sortie est indéterminée, nous travaillons actuellement sur 3 morceaux, nous n’avons pas encore enregistré les voix. Je crois avoir connu andrew sur myspace, il aimait beaucoup ma musique. Je cherchais une collaboration avec un artiste libre anglais donc nous avons décidé de bosser ensemble et andrew m’a proposé de composer des titres pour tr^ad.

Je connais Tryad mais tu me parles ici de Tr^ad, est-ce le même projet ?
Oui, on l’écrit Tr^ad mais on le trouve aussi sous Tryad.

Alors Tryad est composé de combien d’artistes au juste ? Andrew est le fondateur, est il le leader ?
Aucune idée ! C’est un groupe collaboratif, donc ça va ça vient. Andrew est le pilier de tryad.

Comment fait on pour travailler à distance avec d’autres musiciens ? Comment vous partagez-vous la composition d’une musique ?
Concernant la composition, je suis le seul, et Andrew se charge des paroles et de la voix. On s’envoie les morceaux par mail tout simplement.

Le reportage sur LCI vous a t’il permis d’avoir des contacts intéressants ?
Moi non, mais Andrew a de nouveaux contacts oui, des journalistes.

As tu des collaborations musicales payantes (qui te permettent de gagner de l’argent, le rêve de nombreux artistes) ?
Aucune, j’ai renoncé à gagner de l’argent avec ma musique, et c’est pas plus mal 😉

J’ai lu que ioeo fait du dark sensual ambient music. Peux tu me parler de ce style de musique ?
C’est le terme que j’utilise pour décrire ma musique vu qu’elle est assez sombre, électronique mais en même temps « humaine » et organique.

Sur les sites musicaux, les artistes doivent se classer dans un genre musical. Que penses-tu des barrières de style ?
Il faut bien mettre les gens dans des cases, c’est l’habitude. J’aime pas ça et je ne pense pas faire de la « musique électronique » : je n’ai aucun point commun avec daft punk !

Comment es-tu venu à la musique ?
Via un petit synthé quand j’étais gamin, je voyais ça comme un jouet, ça m’a plu, et vu que je me débrouillais pas trop mal j’ai continué 😉

Il y a une chose que je ne comprends pas trop, sur ton myspace, il est indiqué que deux parolières travaillent avec toi… Mais ta musique n’a pas de paroles ?! Explique moi !
J’ai bossé avec deux parolières, il y a quelques années. Nous avons réalisé deux albums, hélas, ceux-ci sont déposés à la SACEM, donc je ne peux pas les diffuser. Je ne suis plus membre de la SACEM, mais les parolières le sont encore, donc je ne diffuse pas ces albums qui sont pourtant très bien… (Je t’invite à faire un tour sur le site de Sandrine, on peut écouter!)

Pourquoi n’es-tu plus membre de la SACEM ? Y sortir a t’il été simple et rapide ?
Je voulais retrouver ma liberté et pouvoir faire ce que je veux de ma musique. Je n’ai jamais touché mes droits d’auteurs (j’ai pourtant eu des diffusions radio, sur scène et des ventes de morceaux sur le net), donc je suis parti. La démission a été très simple : une lettre recommandée bien tournée et un peu de patience.

Lorsque je cherche ioeo dans google, le mot podcast ressort souvent dans les résultats. En 2007, il semblerait que tu produisais le podcast de la composition nouvelle génération. Peux tu me parler de ce projet et me dire pourquoi l’avoir arrêté (ça semble bien intéressant) ?
Oui, j’avais un podcast a une époque, ou je présentais des artistes ambient. C’était un projet très sympa mais le manque de temps pour s’en occuper a fait que nous avons laissé tomber.

Des morceaux de ton dernier album sont utilisés dans la série shutdown, qu’est ce que cette série ?
C’est une série diffusée uniquement sur internet, qui a été vue plus d’un million de fois, qui raconte le quotidien d’une bande de geeks. Sa réalisatrice a bien aimé mes morceaux et m’a demandé de pouvoir les utiliser.

Ce cache t’il d’autres surprises comme celle-ci dans ton parcours web / musique ?
Des surprises je ne sais pas, des collaborations multiples oui. Un exemple : avec ma parolière Sandrine Aubertin, nous avons fait quelques titres pour une participante à la nouvelle star, kyla brown.

Je suis impressionnée sur le nombre de site sur lequel tu figures. As tu une liste de tous les sites sur lequel tu es afin de faire un suivi stratégique de promo ?
Non, pas de stratégie, quand je découvre un nouveau site, je me mets dessus. Le prochain sera Gkoot qui sera lancé début 2009.

Es-tu impliqué dans le projet : Gkoot ? Comment l’astu découvert ?
J’ai été contacté par Gkoot pour faire partie des artistes qui seront au lancement du site début 2009. Le site sera spécialisé dans la musique éléctronique et pratique une séléction des artistes pour s’inscrire.

Es tu déjà passé à la radio ?
Oui, des radios locales.

Quelle vidéo de ioeo souhaites tu que j’intègre ici ?
Une vidéo ? ah bon j’ai des vidéos sur le net ?

Oui, regarde :


Eology : Every Dream
by ioeo

Law – Qui est-ce ?
Law est un compositeur trance et un ami 😉 Nous formons ensemble le groupe eology.

Sur quel site préfères-tu emmener tes auditeurs pour écouter ta musique ?
jamendo

Alors que ta musique est gratuite sur jamendo, on peut l’acheter dans les diverses plates-formes de ventes numériques. Quelle est ta stratégie d’artiste ? Simplement être partout pour toucher le plus de monde possible ?
Oui, on peut acheter l’album dont je parlais précédemment. Je ne vous le conseille pas car je n’ai jamais touché le moindre centime de mes ventes…

Peux-tu me dire avec qui fais tu affaire pour que ta musique se retrouve dans les plates-formes telles que itunes ? J’imagine que tu n’a encore rien touché parce que tu es payé seulement une fois avoir atteint un plafond financier ?
Oui. Avec Wildpalms music, mais je n’ai pas fait assez de ventes, donc je n’ai rien touché et c’est eux qui garderont l’argent… Mais avec jamendo j’ai pu toucher 100€ grâce aux dons des internautes. C’est un comble ! : un site de musique libre m’a plus rapporté que les sites de ventes en ligne !

Sur ton site ioeo (le vrai, à jour!), tu laisses le choix à tes fans de donner le prix qu’ils souhaitent pour se procurer ton album. Est-ce une décision récente ?
Pour l’instant, il y a mon dernier album mais on peut donner ce qu’on veut via le site jamendo également.

Le mot de la fin ?

fin 😉

Merci Cédric

Sincever
À la fois discrète, passionnée et rassembleuse, c'est la fondatrice de ce blogue et de musiQCnumeriQC. Plus d'info sur elle via son site perso ou son Twitter.
http://www.sincever.com

One thought on “De ioeo à Tryad

Laisser un commentaire